Agence Gabonaise de Presse

L’information à la source

 
GABON MATIN BIENTÔT DE RETOUR DANS LES KIOSQUES. *** GABON MATIN BIENTÔT DE RETOUR DANS LES KIOSQUES *** GABON MATIN BIENTÔT DE RETOUR DANS LES KIOSQUES

 

lundi 11 juin 2018


Lutte contre le chômage : des efforts peu visibles du fait de la crise économique…



Libreville, 11 Juin (AGP) - Suite à l’organisation, vendredi dernier, du Salon de l’Emploi par le Cabinet ‘’Alt Emploi’’ en collaboration avec l’Office Nationale de l’Emploi, il ressort que sur 3200 postulants, seuls 100 places étaient prévues pour 15 entreprises. Comment comprendre qu’avec autant d’entreprises au Gabon, seulement quinze entreprises ont ouvert leurs portes quand on sait les efforts consentis en la matière par les pouvoirs publics au Gabon.

Selon la responsable du Cabinet ‘’Alt Emploi’’, Mme Ayanne Jiollet, les inscriptions se faisaient via un portail de recrutement spécialisé, l’un des premiers sites de recrutement de son secteur et le nombre restrictif d’entreprises trouve sa raison, selon elle, par l’exigüité de son budget et surtout du partenariat qu’elle aurait tissé avec lesdites entreprises.

Au delà des chiffres énoncés plus haut, il est à noter que le taux de chômage des jeunes au Gabon avoisine les 30% et 20% selon le rapport « Sciences Eco et Social » de 2017 sur l’ensemble de la population. Un chiffre inquiétant comparativement au faible taux de la population gabonaise, qui est d’environ plus d’1 million 800 milles habitants, selon le dernier recensement de la population 2013. La même année, le gouvernement avait organisé un forum national de l’Emploi en vue de trouver des solutions à ce chômage. Un accent avait été mis sur le rôle et les moyens mis en place, la création de plusieurs fonds et le développement de l’auto emploi.

Cinq ans plus tard, on est au regret de constater que malgré l’exonération des taxes dont bénéficient les entreprises, le taux de chômage reste élevé. De la restitution du plan de relance économique, il ressort que seul le secteur agricole a connu une légère hausse de 2000 nouveaux emplois, en dépit de la crise économique actuelle qui amenuise les chances des jeunes issus d’autres secteurs d’activités, qui voient ainsi leurs espoirs s’étioler. Obligeant ainsi ces derniers à se tourner vers des initiatives privées, tel le salon « Alt Emploi ».

Outre ce forum, on pourrait revenir quelque peu sur l’implication récente de la Banque africaine de Développement (BAD), le 28 janvier 2018, qui avait annoncé un apport de 55.432 milliards, au compte d’un projet d’employabilité des jeunes. Sur un financement évalué à 94.04 millions d’euro, soit 61.6 millions.

Six mois après, les gabonais scrutent encore l’horizon à l’attente d’une lueur d’espoir en matière d’emplois.

Fort de ce constat, il demeure que malgré les mesures prises par le gouvernement, le problème de l’employabilité des jeunes reste entier, et l’on est au regret de constater que l’effort du gouvernement dans ce sens est difficilement appréciable, avec la crise économique mondiale partie de la chute des cours du pétrole.

Un argument économique dont l’impact serait à l’origine du dépôt de bilan de bien des entreprises installées en territoire Gabonais, des avis divers. Ces entreprises n’ayant pu faire le poids ont procédé à des licenciements économiques voire abusifs, laissant dans la désolation des familles entière non sans avoir des incidences directs sur le taux de chômage au Gabon.

Même si cela peut aussi s’expliquer du fait de la dette intérieure. Il reste que le Gouvernement gabonais, au travers d’une riposte mise en exergue dans le cadre du Plan de relance économique (PRE) tient le pari des engagements pris auprès des bailleurs internationaux dont le Fonds monétaire internationale (FMI).

CSM/CEM/SM/FSS

 

  Estuaire


 

Accueil