Agence Gabonaise de Presse

L’information à la source

 
GABON MATIN BIENTÔT DE RETOUR DANS LES KIOSQUES. *** GABON MATIN BIENTÔT DE RETOUR DANS LES KIOSQUES *** GABON MATIN BIENTÔT DE RETOUR DANS LES KIOSQUES

 

lundi 24 octobre 2016


GABON : un accord pour la construction de deux nouvelles centrales hydroélectriques



LIBREVILLE, 24 Octobre 2016 (AGP)-Le Fonds gabonais d’investissements stratégiques (FGIS) et le groupe industriel panafricain Eranove ont signé, vendredi à Libreville, deux conventions de concession, pour la construction de deux nouvelles centrales hydroélectriques au Gabon.

Il s’agit de deux conventions de concession en vue de la conception, le financement, la construction et l’exploitation des centrales hydroélectriques de Ngoulmendjim (sur la nationale 1) et de Dibwangui (Sud).

Le premier ouvrage, devrait être construit à 125 km de Libreville sur le fleuve Komo. Sa puissance installée est estimée à 73 mégawatts (MW), avec une productivité annuelle estimée à 500 gigawatt-heure (Gwh).

Quant au second ouvrage, sa construction est prévue sur la rivière Louétsi à 152 km de Mouila, pour une puissance estimée à 15 MW et une production de 90 Gwh chaque année.

Le ministre de l’Economie, de la Prospective et de la Programmation du développement, Régis Immongaut, s’est réjoui de ce que la mise en œuvre de ces deux projets se fasse sur la base du partenariat public-privé et en réponse aux attentes du président de la République en termes de réduction de 50% des émissions de gaz à effets de serre d’ici à 2025.

Pour sa part, Guy Bertrand Mapangou, ministre de l’Eau et de l’Energie, a rappelé la nécessité de développer et d’améliorer le secteur de l’énergie au Gabon, notamment à l’Estuaire et dans la Ngounié.

« Le but visé par la construction de ces deux aménagements hydroélectriques est d’une part, de renforcer les capacités de production d’électricité de Libreville et sa région et d’autre part, celles du réseau interconnecté de la Louétsi », a dit Guy Bertrand Mapangou, avant d’ajouter qu’ « un équilibre précaire entre l’offre et la demande d’énergie, qui augure des risques de perturbations du service de l’électricité pouvant donner lieu à des délestages structurels à forte profondeur dans les deux provinces du pays ».

Pour leur part, les responsables du FGIS et d’Eranove ont rassuré les uns et les autres de ce que les deux projets verront le jour dans les délais.

Pour Serge Thierry Mickoto, le directeur général du FGIS, la construction des centrales hydroélectriques de Ngoulmendjim et de Dibwangui permettra de créer plus de 1 500 emplois directs et indirects en faveur de la jeunesse gabonaise.

SN/FSS

 

  Estuaire


 

Accueil