Agence Gabonaise de Presse

L’information à la source

 
GABON MATIN BIENTÔT DE RETOUR DANS LES KIOSQUES. *** GABON MATIN BIENTÔT DE RETOUR DANS LES KIOSQUES *** GABON MATIN BIENTÔT DE RETOUR DANS LES KIOSQUES

 

dimanche 13 mai 2018


La route nationale 1 coupée en deux près de Bifoun



LIBREVILLE, 13 Mai (AGP) - La route nationale 1, en raison des pluies diluviennes qui sont tombées, ces derniers jours, vient de connaitre un violent effondrement, précisément à la frontière entre la province du Moyen Ogooué et celle de l’Estuaire.

La route s’est effondrée à quelques kilomètres de Bifoun, dans le département de l’Abanga Bignié en venant de Libreville. Elle s’est cassée en deux exactement à la frontière entre la province de l’Estuaire dont Libreville est la capitale et la province du Moyen Ogooué. Une grande fonte est aussi visible sur une partie de la chaussée dans le sens de la longueur. Aucun véhicule ne peut se risquer de franchir cet obstacle.

La rupture de l’ouvrage de génie civile, aménagé dans la fin des années 1990, n’a pas résisté à l’usure du temps. Informé de ce grave incident, le Premier ministre, Emmanuel Issoze Ngondet a dépêché sur place son ministre en charge des Travaux publics, Christian Magnagna et les techniciens de l’Agence nationale des grands travaux et des infrastructures (ANGTI), afin de prendre toutes les dispositions pour le rétablissement de la circulation dans les meilleurs délais.

La première hypothèse serait de créer une déviation pour rétablir la circulation sur cette voie vitale pour le ravitaillement de la capitale. Libreville est désormais complètement isolée du reste du pays. A l’endroit où la route s’est complètement abîmée, aucun véhicule ne peut se rendre à Lambaréné, au centre du pays, ni à Oyem au nord.

« Ce que nous attendons des autorités, avant que le pire ne se produise, que la route nationale soit entretenue, car il faut le dire, il s’agit des ouvrages conçus, qui nécessitent un suivi régulier après amortissements », a indiqué un ingénieur en génie civil joint au téléphone par l’Agence gabonaise de presse (AGP).

Cette coupure n’est pas la toute première. Mal entretenue, la route nationale qui est pourtant l’épine dorsale de l’économie nationale souffre d’une négligence étrange. Les interventions sont généralement suscitées par des catastrophes.

SM/FSS

 

  Estuaire


 

Accueil