Agence Gabonaise de Presse

L’information à la source

 
GABON MATIN BIENTÔT DE RETOUR DANS LES KIOSQUES. *** GABON MATIN BIENTÔT DE RETOUR DANS LES KIOSQUES *** GABON MATIN BIENTÔT DE RETOUR DANS LES KIOSQUES

 

dimanche 13 mai 2018


Fégaboxe : Alfred Bongo Ondimba éjecté de la présidence de la fédération



LIBREVILLE, 13 Mai (AGP) - Cinq présidents de ligues sur les huit qui composent la Fédération gabonaise de boxe (Fégaboxe), ont dissous le bureau, dirigé depuis 2017 par Alfred Bongo Ondimba. Cette décision collégiale prise, le samedi 12 mai dernier, fait suite à des dysfonctionnements qui ont cours au sein de la Fédération.

Coup de tonnerre à la Fédération gabonaise de boxe (Fégaboxe). Samedi dernier, au cours d’une Assemblée générale de crise tenue à Libreville dans un hôtel de la place, les deux tiers des présidents de ligues du Gabon, ont dissous le bureau conduit par Alfred Bongo Ondimba, lequel s’illustre, selon des délégués, par des agissements qui ne grandissent pas le noble art gabonais déjà dans un coma profond avant son élection controversée du 25 mars 2017.

Accusé à tort ou à raison d’avoir remanié de manière unilatérale des attributions de 1er, 2e, et 3e vice-président en violation des dispositions des articles 17, 18 et 19 du Règlement intérieur, sans pour autant consulter ses pairs, Alfred Bongo a été tout simplement démis de ses fonctions de président fédéral.

En effet, avec la démission du premier vice-président, Clément Tsamoubou, le 5 mai dernier et celle du secrétaire général, Paul Ilengou, trois jours après, Alfred Bongo Ondimba est désormais un homme seul. Ces deux démissions viennent clairement justifier la position des présidents de ligues de l’Estuaire, la Ngounié, de la Nyanga et de l’Ogooué-Maritime qui ont décidé de se séparer de celui qu’ils surnomment ‘’l’imposteur’’.

Cette réunion de crise, qui s’est soldée par la mise en place d’un bureau intérimaire de six mois, conduit par Pierre Anguinga Dickson, ne souffre d’aucune violation des textes de la Fégaboxe, a indiqué le doyen des présidents de ligues, par ailleurs président de séance, Anaclet Mbouiti Mbouiti Zaye, président de la ligue provinciale de la Nyanga. “.

En conséquence, la décision prise par le collectif des présidents de ligue de boxe du Gabon reste, selon eux, un acte formel portant sur la dissolution de l’actuel bureau conduit par l’équipe d’Alfred Bongo Ondimba.

Pour le rappeler, le 25 mars 2017, date de l’élection du président démis, plusieurs irrégularités ont émaillé ce scrutin avec la violation des textes de la Fégaboxe et ceux de L’Association internationale de boxe africaine (AIBA). Dans leurs articles 35 et 67, ces dispositions indiquent clairement que pour postuler au poste du bureau exécutif de la fédération, les candidats doivent avoir été membres d’une équipe fédéral sur une période de 4 ans. Or, Alfred Bongo Ondimba, certes acteurs du noble art gabonais, ne répondait pas à ces deux dispositions.

Élu par les présidents de ligues qui le vomissent aujourd’hui, malgré les recours introduits par les deux autres candidats à cette élection, Alfred Bongo Ondimba avait bénéficié d’un blanc seing de l’ancienne ministre des Sports. Conséquence : le Comité national Olympique (CNO) et l’AIBA, avaient tout simplement suspendu la Fégaboxe au nombre de ses membres. Des sanctions qui restent toujours en cours, car ces deux institutions ne reconnaissent pas le bureau dissout samedi dernier.

KOM/FSS

 

  Estuaire


 

Accueil