Agence Gabonaise de Presse

L’information à la source

 
GABON MATIN BIENTÔT DE RETOUR DANS LES KIOSQUES. *** GABON MATIN BIENTÔT DE RETOUR DANS LES KIOSQUES *** GABON MATIN BIENTÔT DE RETOUR DANS LES KIOSQUES

 

lundi 23 avril 2018


Plan de relance économique : Les responsables de l’administration invités à plus d’action !



LIBREVILLE, 23 Avril (AGP) - Présentant le Rapport d’exécution du Plan de relance économique (PRE) pour l’année 2017, ce lundi à Libreville, le Premier ministre gabonais, Emmanuel Issoze Ngondet a exhorté les managers de l’administration publique, à agir plus et à parler moins pour la mobilisation des financements devant permettre la relance de la croissance économique.

En matière de réformes, le chef du gouvernement a invité l’ensemble des managers de l’appareil administratif, à sortir des discours, des séminaires et autres ateliers.

« Il faut réaliser. Il faut des résultats. Il faut mobiliser les financements. Il faut aller chercher les investisseurs là où ils se trouvent. Le changement doit se mesurer et se compter », a-t-il soutenu.

Pour une efficacité dans l’effectivité de cet appel, il a proposé des ajustements dans l’organisation du travail.

Au niveau du gouvernement, il fait allusion aux Conseils interministériels, et les Comités de pilotages sectoriels. Sans oublier les comités techniques ministériels qui, pour lui, peuvent être fusionnés avec les comités de Coordination ministériels pour l’analyse et la validation des projets.
Sur le plan administratif, il a évoqué la réunion hebdomadaire du programme de travail du gouvernement.

« Les activités de suivi-évaluation nous aideront à maintenir le Cap et à garder l’action unies et collective. J’attends de ce fait les rapports d’activités trimestriels de chaque ministère. Je veillerai, moi-même à évaluer l’ensemble du système, des résultats qu’il produit ainsi que la qualité de la contribution des différents responsables », a-t-il martelé à l’endroit des responsables de départements.

Toujours dans la logique d’agir plus et de parler moins, le chef du gouvernement gabonais a invité le ministère gabonais du Budget à auditer la totalité de la dette intérieure, afin de l’assainir pour que son règlement serve essentiellement à l’économie nationale.

« Quel est le niveau réel de cette dette ? Quelle est la valeur réelle des conventions de dettes actuelles ? Correspondent-t-elles à un service fait ? Les règlements effectués profitent-ils à l’économie », s’est-il demandé avant de déclarer que « Nous devons apporter des réponses claires à ces questions et repartir de zéro, en mettant en place un dispositif plus transparent dans la formation de cette dette ainsi que dans son règlement ».

S’agissant du volet investissements, le Premier ministre, s’est nourri des résultats issus de la filière bois. « L’expérience dynamique de la plateforme de compétitivité de la filière bois qu’est Nkok doit nous conforter dans notre engagement à multiplier les secteurs à même de produire plus de valeur ajoutée à l’économie », a-t-il déclaré.

S’appuyant sur ce secteur, le Chef du gouvernement, a souligné que, même si des défis importants, en termes de compétitivité de la filière, restent à relever, l’industrie de la filière bois s’est bien portée en 2017.

Elle a contribué de manière appréciable à la croissance du secteur hors pétrole. Sur le plan industriel, la production de bois ouvré a augmenté de 10 % par rapport en 2016, pour atteindre 843.891 m3.
Des efforts, ayant fait du Gabon, le premier pays exportateur africain de feuilles de placage, de contreplaqués et de bois sciés.

« Nous devons aller plus loin. Il nous faut développer ce modèle dans les autres secteur-clés de compétitivité, notamment dans l’agriculture où les expériences positives sont entrain de se dessiner à travers la mise en œuvre du programme Graine et dans le Prodiag », a-t-il souhaité.

Dans cette dynamique, les ministères en charge de l’Économie, du Budget et ceux de la filière de compétitivité identifiés, ont été invités à développer une stratégie de maximisation des investissements.

Il s’agit, singulièrement des ministères de l’Agriculture, des Mines, de l’Habitat et des Travaux publics, de la Pêche, des Hydrocarbures, de l’Économie numérique et de la Communication, du Tourisme, du Transport et de la Logistique.

« L’enjeu ici est d’accélérer la mobilisation des financements et d’enregistrer un nombre croissant d’investisseurs directs étrangers », a-t-il conclu.

ERAM /SN/ SM/FSS

 

  Estuaire


 

Accueil