Agence Gabonaise de Presse

L’information à la source

 
GABON MATIN BIENTÔT DE RETOUR DANS LES KIOSQUES. *** GABON MATIN BIENTÔT DE RETOUR DANS LES KIOSQUES *** GABON MATIN BIENTÔT DE RETOUR DANS LES KIOSQUES

 

lundi 23 avril 2018


Quatre trafiquants de pointes d’ivoire arrêtés à Mitzic



LIBREVILLE, 23 Avril (AGP) – Quatre braconniers en possession de six pointes d’ivoire, ont été interpellés, dernièrement par les éléments de la gendarmerie nationale de Mitzic, au nord du Gabon.

Sissoko Birame, Cisse Momadou, Seidou Aba et Serge Nzamba, respectivement de nationalité Malienne, Ivoirienne et Gabonaise, ont été pris en flagrant délit de trafic des pointes d’ivoire à Mitzic, une ville de la province du Woleu Ntem (Nord du Gabon).

À la recherche des trafiquants d’ivoire dans la ville, les éléments de la gendarmerie nationale de Mitzic vont être attirés par la présence inhabituelle d’un véhicule mal stationné devant un bâtiment privé, avec à son bord trois personnes : Sissoko Birame, Cisse Momadou et Seidou Aba. Les trois individus qui semblaient suspects, vont attirer l’attention des officiers de police judiciaire, informés peu de temps avant une éventuelle transaction qui devait s’effectuer le jour même.

Selon nos sources, c’est au moment où les présumés trafiquants d’ivoire s’apprêtaient à débarquer leurs marchandises qu’ils ont été interpellés par les limiers de la gendarmerie. Aussitôt une fouille s’opère dans le véhicule. Les agents découvrent quatre pointes d’ivoire, et décident d’embarquer Sissoko Birame, Cisse Momadou et Seidou Aba au poste de gendarmerie. Interrogés, les prévenus vont briser le silence et dévoiler le nom de leur fournisseur et propriétaire des pointes, le dénommé Serge Nzamba. Ce dernier sera pris à son tour en possession de deux pointes d’ivoire.

Au terme des investigations, les quatre présumés trafiquants d’ivoire, ont été présentés devant le procureur de la République pour répondre des faits de détention, transport et commercialisation des trophées d’une espèce intégralement protégée. Les mis en cause risquent jusqu’à six mois de prison.

Pour rappel, les dispositions des articles 92, 274, 275 du code forestier et l’article 3 du décret 163/PR/MEF du 19 janvier 2011, condamnent les faits de détention, transport et commercialisation des pointes d’ivoire en République gabonaise.

CBO/JRB/SM/FSS

 

  Estuaire


 

Accueil