Agence Gabonaise de Presse

L’information à la source

 
GABON MATIN BIENTÔT DE RETOUR DANS LES KIOSQUES. *** GABON MATIN BIENTÔT DE RETOUR DANS LES KIOSQUES *** GABON MATIN BIENTÔT DE RETOUR DANS LES KIOSQUES

 

mercredi 11 avril 2018


Mission de détection de la chenille légionnaire d’automne dans le Woleu-Ntem



OYEM, 11 Avril (AGP) – Une mission du ministère gabonais de l’Agriculture, de l’Élevage, chargé du Programme Graine, séjourne, depuis mardi dernier dans la province du Woleu-Ntem (nord), dans le cadre de l’identification et de la prévention au Gabon, de la chenille légionnaire d’automne, un insecte très nuisible qui s’attaque notamment aux cultures vivrières, a appris l’AGP.

Arrivée mardi soir à Oyem, le chef-lieu de province, la mission conduite par Verlain Ondo Omeme, chargé d’études au ministère de l’Agriculture (….), a entamé, ce mercredi, ses visites de terrain par les départements du Ntem (Bitam) et du Haut-Ntem (Minvoul), avant de poursuivre, jeudi, dans le département du Woleu (Oyem). L’Okano (Mitzic) et le Haut- Komo (Medouneu) seront la boucle, vendredi et samedi, de cette série de visites. Ce sont les plantations de canne à sucre et de maïs, notamment, qui seront visitées.

De source informée, l’objectif recherché est de détecter rapidement la présence de la chenille légionnaire d’automne au Gabon, en vue de mieux y faire face très tôt. Il s’agira de se rendre compte de sa présence sur le territoire national, du niveau d’infestation de l’insecte, de cartographier sa propagation afin de préparer efficacement la stratégie de riposte. En cas de non présence avérée de la chenille légionnaire d’automne, des mesures préventives seront prises pour mettre notamment les populations en alerte.

Le Woleu-Ntem est la première étape de cette mission qui se poursuivra prochainement dans le Moyen-Ogooué (centre), avant de toucher le reste des provinces.

La chenille légionnaire d’automne est un insecte nuisible qui sévit depuis longtemps en Amérique ; elle peut se nourrir de plus de 80 espèces cultivées et être à l’origine de baisses de productions sensibles. Elle s’attaque à des céréales importantes comme le riz, le maïs et le sorgho, et aussi à des légumineuses, à des cultures potagères et au coton, faute de mesures de protection.

L’espèce, très invasive d’ailleurs, a été signalée pour la première fois sur le continent africain en 2016, en Afrique de l’ouest notamment. En deux ans seulement, elle s’est brutalement étendue dans la plupart des pays au sud du Sahara ; et le Gabon ne pouvant être à l’abri de cette calamité, des mesures préventives idoines et sans délais sont plus que nécessaires.

JRBM/FSS

 

  Woleu-Ntem


 

Accueil