Agence Gabonaise de Presse

L’information à la source

 
GABON MATIN BIENTÔT DE RETOUR DANS LES KIOSQUES. *** GABON MATIN BIENTÔT DE RETOUR DANS LES KIOSQUES *** GABON MATIN BIENTÔT DE RETOUR DANS LES KIOSQUES

 

jeudi 8 février 2018


Dénouement de la crise entre les populations du regroupement des villages ‘’Ilendo’’ et un responsable de l’entreprise Cora Wood Gabon



MOUILA, 7 Février (AGP) – Face à la mésentente observée entre les populations du regroupement des villages ‘’Ilendo’’, dans le canton Haute Mougalaba, à 25 km de Mouila le chef-lieu de la province de la Ngounié, le gouverneur de la province, Benjamin Nzigou s’y est rendu, mercredi, pour inviter les populations de cette localité ’’à régler les problèmes sociaux autour d’une table avec la partie en conflit’’.

Suite à une correspondance parvenue à son cabinet émanant des populations en colère, mentionnant les griefs de leur mouvement d’humeur contre un responsable, au comportement ’’hautain’’, de la société forestière Cora Wood Gabon qui opère dans le département sans aucun cahier de charges signé, le gouverneur s’est rendu sur les lieux pour comprendre de vive voix les mobiles qui ont amené les populations à se soulever, non sans dire sa désapprobation du fait qu’elles aient verrouillé la barre servant de barrage sur la voie qui traverse le village, empêchant toute circulation et la poursuite des activités de la société.

Selon le porte-parole des populations, Albert Bouka, ces mêmes populations ne supportent plus le ’’mépris’’, voire le comportement ’’hautain’’ et ’’infernal’’ de Fernand Fétéké, un des responsables de l’entreprise Cora Wood Gabon dans le département de Mougalaba, car il ne respecte ni les populations encore moins le préfet Mathas Barros et les auxiliaires de commandement. Expliquant que le regroupement de villages Idemba n’étant pas impacté par le permis forestier de la société, les populations ne comprennent pas pourquoi ce dernier viendrait à leur interdire de vaquer à leurs travaux champêtres dans la forêt et y prélever quelques gibiers pour leur consommation domestique.

En plus de ce refus, la société n’a jamais contribué (en contre partie de l’exploitation du bois) dans les projets sociaux pour développer la contrée, soulignant que ’’le centre médical à Guietsou (chef-lieu du département de la Mougalaba, ndlr) et les dispensaires ou cases de santé n’ont pas encore obtenu un simple paracétamol’’, surtout que les grumiers traversent le village et favorisent la montée de la poussière. Licenciements abusifs, point d’ensoleillement de la route départementale en dehors de la voie de contournement, refus d’embaucher les ressortissants du village, autant de griefs contenus dans la correspondance qui ont donc fait verrouiller la barrière par les populations, avant que les habitants ne demandent à l’autorité administrative provinciale que soit remplacé ce responsable ’’irrespectueux’’ par un autre.

En réponse, Benjamin Nzigou a exigé qu’un comité restreint des populations soit constitué afin qu’une réunion programmée se tienne dans un bref délai à son cabinet, en présence du préfet de la Mougalaba, du responsable incriminé, des directeurs provinciaux du Travail et des Eaux et Forêts. Il a précisé que ’’les problèmes sociaux évidents se discutent autour d’une table’’. En outre, il a requis à tous le respect mutuel et la libre circulation reprenne.

JPM

 

  Ngounie


 

Accueil