|   |  |   |   |     |  
 
L’ex-Premier ministre Paul Biyoghe Mba nommé président du CES
 
LIBREVILLE (AGP)- L’ex-Premier ministre Paul Biyoghe Mba a été nommé président du Conseil économique et social (CES) du Gabon, pour un mandat de cinq ans (2012-2017), en remplacement de M. Antoine Mboumbou Miyakou, en fonction depuis 2006.
 
 
 
 

M. Paul Biyoghe Mba a été le tout-premier Premier ministre nommé par le président Ali Bongo Ondimba dès sa prise de fonction, le 16 octobre 2009, en tant que chef de l’Etat, successeur du président Omar Bongo Ondimba, décédé le 8 juin 2009 à Barcelone, dans le nord-est de l’Espagne.

Député du Parti démocratique gabonais (PDG) du département d’Ikoy-Tsini, dans la province de l’Estuaire qui abrite Libreville, la capitale gabonaise (ouest), Biyoghe Mba a été Premier ministre du 17 juillet 2009 au 27 février 2012.

Né le 18 avril 1953 à Donguila, petite localité à quelque 70 km de Libreville, Paul Biyoghe Mba, a été remplacé contre toute attente par Raymond Ndong Sima, au sortir des élections législatives du 17 décembre 2011, à l’issue desquelles le PDG a fait une véritable razzia en remportant 114 des 120 sièges de l’Assemblée nationale.

Quelques observateurs de la scène politique ont alors pensé que le député de Bikélé, son village situé à une dizaine de km de Libreville, allait claquer la porte du PDG pour relancer sa formation politique du Mouvement commun de redressement (MCD), phagocytée par le parti au pouvoir en 2003.

Mais la rupture tant annoncée n’a pas eu lieu. La nomination de Paul Biyoghe Mba au Conseil économique et social met un terme aux rumeurs les plus folles qui ont couru sur sa personne et son positionnement politique hors de l’appareil PDG.

Assemblée consultative disposant d’une expertise dans les domaines économique, social et culturel, le CES est consulté par le président de la République, le gouvernement, l’Assemblée nationale et le Sénat.

L’Institution peut aussi, de sa propre initiative, émettre un avis sur l’ensemble des questions d’ordre économique, social et culturel intéressant les différents secteurs d’activités de la Nation.

Le CES du Gabon compte 99 membres, dont 25 représentant les organisations syndicales des salariés et cadres travailleurs des secteurs privé, parapublic et public, 25 représentant des organisations syndicales des employeurs, artisans, exploitants individuels et professions libérales, 16 représentant les associations ou groupements socioprofessionnels et culturels, 18 représentant les collectivités locales à raison de deux par province.

Quinze cadres supérieurs, nommés par décret pris en Conseil des ministres, sont choisis dans les secteurs public et privé en fonction de leurs compétences en matière économique, financière, scientifique, sociale ou culturelle.

 

SMM/LM

2012-06-29 14:43:12
 
 
 
 
 
 
 
 
Article publié le 15 septembre 2014
LIBREVILLE (AGP) : Le cameraman de la télévision privée Téléafrica, Arsène Melomba est décédé ce weekend à Libreville de suites d’une maladie, a-t-on appris lundi auprès de ses collègues.
Article publié le 15 septembre 2014
OYEM (AGP) : Le membre du bureau politique du Parti démocratique gabonais (PDG, au pouvoir), Raymond Ndong Sima , par ailleurs ancien Premier ministre a inauguré récemment au village Endame-Essagui, dans le canton Kyè 18 km d’Oyem (nord), le nouveau siège du parti de la contrée, a-t-on appris lundi.
Article publié le 15 septembre 2014
LIBREVILLE (AGP) : Le quotidien Gabon Matin, le journal édité par l’Agence gabonaise de presse (AGP), l’agence de presse étatique n’a pas paru lundi matin pour des raisons techniques, a-t-on appris de la rédaction en chef de ce journal.
Article publié le 15 septembre 2014
CAP ESTERIAS (AGP) : Les populations habitants le Cap Estérias dans la nouvelle commune d’Akanda au nord de Libreville ont réclamé la baisse du prix du tronçon routier Libreville-Cap Estérias actuellement fixé unilatéralement par le transporteurs à 1000 FCFA, a-t-on appris lundi surplace.
Article publié le 1er septembre 2014
LIBREVILLE (AGP) : Les agents de la mairie de Libreville, regroupés au sein du Syndicat des travailleurs libres des municipalités gabonaises (STLMG) ont déposé lundi un volumineux cahier de charge sur la table sur la table du maire, visant à améliorer leurs conditions de vie et de travail.